Vraiment écolo une yaourtière ?

Un argument qui revient souvent en faveur de l’acquisition d’une yaourtière est son impact écologique. En quoi une yaourtière serait-elle plus écolo que d’aller acheter ses yaourts au magasin ?

yaourtière ecolo

Vraiment écologique la yaourtière ?

Les avantages écologiques des yaourtières

  • Moins d’achat de yaourts = moins d’emballage. Fini l’emballage carton à la poubelle. Fini les pots en plastique aux déchets. Les pots en verre sont réutilisables à l’infini (enfin, jusqu’à la casse).
  • Moins d’achat de yaourts = moins de frais de déplacement (que ce soit entre la maison et le magasin ou entre l’usine et le magasin pour les réassorts). Moins de pollution en local, moins de bouchons sur les routes, moins de carburant consommé…
  • Peu d’électricité consommée. Les yaourtières modernes consomment peu et sont souvent lancées la nuit (yaourts faits le soir pour être finalisés le matin). Ceux qui bénéficient des heures creuses utilisent de l’électricité moins chère (et moins chère à produire).

Les points négatifs qui impactent la performance écolo des yaourtières

Entre les phases initiales d’étude, de production et de maintenance, la fabrication d’un modèle de yaourtière grand public n’est pas neutre pour l’environnement. Il en va de même pour toute la logistique liée à l’approvisionnement, la livraison, les retours ainsi que tous les frais de marketing. Enfin, une fois achetée, la machine n’est toujours pas indolore pour notre planète.

  • Une yaourtière classique consomme de l’électricité. Certainement plus que les processus déjà existants dans les usines de fabrication de yaourts (à cause des économies d’échelles). Certaines yaourtières sans électricité éliminent ce problème.
  • Une yaourtière doit être produite. La production génère un impact écologique certain.
  • Une yaourtière doit être vendue. Les coûts de publicité, de mise à disposition du public et de logistiques ont un effet sur l’environnement.
  • Une yaourtière a une durée de vie (généralement) limitée. Il y a donc un coût écologique à la remplacer. Ce n’est pas le cas avec les yaourtières basiques hyper solides.
  • Une yaourtière nécessite l’acquisition d’accessoires (ferments, livres, pièces de rechange).

Alors, vraiment écolo la yaourtière ? Pas certain que l’ensemble des bénéfices rattrapent les contraintes écologiques soulevées. L’argument écolo est donc tout sauf évident. Ok, les possesseurs de yaourtières achètent moins de yaourts mais à l’inverse, ils vont acheter plus de lait… Et ceux qui utilisent peu leur yaourtière impactent l’environnement tout de même car la production de la machine est néfaste pour la planète. Au final, le comportement le plus écolo serait de :

  • Ne pas acheter de yaourtière et privilégier les circuits courts de production de yaourt ;
  • Acheter une yaourtière, acheter son lait à un producteur local et faire souvent des yaourts et des desserts lactés à la yaourtière.

Laisser un commentaire