Facile de faire ses propres yaourts ?

Question légitime de débutant en fabrication de yaourts : Vais-je réussir mes yaourts ? Est-ce que ça vaut le coup de faire les yaourts à l’ancienne (ça ne coûte rien) ou faut-il préférer l’acquisition d’une yaourtière (plus cher mais plus sûr) ?

yaourts loupés en yaourtière

Pas de chance, c’est loupé.

Que ce soit avec la méthode traditionnelle ou avec un appareil moderne, la fabrication du yaourt reste relativement simple. À condition de respecter les 3 règles indispensables, tout se passera bien. Ceci dit, l’appréhension de mal faire est légitime et rares sont celles et ceux qui essaient une nouvelle recette en étant certain du résultat. Alors voici quelques éléments afin de déculpabiliser si ça ne marche pas du premier coup et pour, au final, progresser et arriver à faire de vrais bons yaourts maison.

  • Beaucoup de paramètres entrent en jeu (les ingrédients, la température, le temps, les vibrations…). Il faut accepter de ne pas tout maîtriser du premier coup. Au bout de quelques fournées, ça va déjà beaucoup mieux.
  • Le yaourt est un produit vivant (les bactéries) et ces dernières ne se comportent jamais tout à fait de la même façon : ça fait partie du jeu et il faut accepter cette petite part d’incertitude.
  • Il vaut mieux commencer simple. Débutez par la recette de base (yaourt nature) avec des ingrédients courants (lait, yaourt du commerce pour ensemencer). Une fois que ça fonctionne, vous pourrez tenter des recettes et préparations lactées plus audacieuses.

Sauf à se planter complètement (machine HS, température d’étuve vraiment mauvaise, ingrédients inadaptés), les yaourts réussis arrivent dès la première, deuxième ou troisième tentative. L’utilisation d’une yaourtière facilite pas mal les choses (température idéale).

Photo : Sasha